Il est grand temps de rallumer les étoiles – Virginie Grimaldi

168

Virginie Grimaldi possède le don de faire naître les émotions, grâce aux mots.
Ses livres sont une thérapie à eux seuls.
Une bouffée d’oxygène.
Une lueur d’espoir, dans l’obscurité.

« Il est grand temps de rallumer les étoiles « .

Ce titre a lui seul, est une invitation à vivre.
Tiré de la pièce de Guillaume Apollinaire, Les Mamelles de Tirésias, il sied  parfaitement à l’histoire.

« Rallumer les étoiles », oui mais comment ? Quand rien ne va, quand la vie s’acharne, quand on s’enlise dans le malheur …

 

Résumé: 

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses
filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile,
et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À
17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour
aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais
cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se
transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas
trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son
père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses
filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour
un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut
revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

 

Et moi dans tout cela ?

J’ai acheté le livre sur Amazon pour ma tablette, en juin.
Je voulais le lire à  la maternité.
Je m’imaginais déjà les nuits et les journées post césarienne, coupées par l’allaitement.
Et moi me plongeant dans l’histoire de Anna, pendant que mon fils dormait.
Malheureusement, je n’ai pas pu, la vie m’a enlevé ces moments là.

Finalement, je l’ai lu une nuit d’août. Une nuit de silence et de douleurs.
Où j’avais besoin de me raccrocher à quelque chose pour ne pas sombrer.
Une de ces nuits, où j’étais entre deux eaux …

J’ai embarqué dans le camping car avec Anna, Chloé et Lily.
J’ai voyagé avec elles, au fil des chapitres. J’ai adoré les mots de Lily à Marcel.
Où innocence et gravité  se mêlent. J’ai lu les Chroniques de Chloé.  Et je me suis souvent identifiée à Anna. En prenant sa force, sa volonté et son amour de la vie.
Au fil des chapitres, on voit grandir les enfants, se tisser des liens entre elles.
Le mot  « famille », prend  alors un sens nouveau. 

J’ai pleuré, ri, aimé, pleuré à nouveau. Virginie Grimaldi possède le don de faire exploser les sentiments, comme un feu d’artifice un 14 juillet .

Et finalement, j’ai compris, et j’ai commencé à vouloir « rallumer les étoiles », après qu’ils aient « assassiné les constellations » …

Ce livre  a été le tournant dans mon état général, à la fin de ma lecture, je me suis levée avec le soleil. J’ai décidé de « marcher », de « vivre », et d’essayer d’aimer à nouveau la vie.
Et avancer pour moi aussi. Pour qu’un jour prochain, je puisse prendre ma famille pour partir à l’aventure. Et pourquoi pas en Scandinavie ?!

Ce livre a lui seul est  mieux qu’un anxyolitique, meilleur qu’un anti dépresseur,  c’est un anti-déprime, qui remet le pied dans la vraie vie, qui redonne confiance et espoir dans la vie.

 Merci Virginie pour tes mots, ici et là bas…

2 commentaires
  1. Elodie Varrin dit

    Quel beau billet… Sais tu que Virginie a traversé la même douleur que toi, que moi… la mort de son bébé. Son livre précédent en parle d'ailleurs. .. Je t'embrasse

  2. Celine de Littlebig Maman dit

    Coucou Elodie, oui je savais qu'elle avait vécu un drame comme le notre. Elle m'en a fait part en MP… C'est une belle personne,que j'admire beaucoup. Douce journée.

Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!