Le congé parental : et 2 ans de plus…

467

J’ai mis 8 ans pour
avoir mon grand. Je  ne me voyais pas
travailler, ne pas le voir, le confier à des étrangers pour le garder. Non. De
toute façon avec mon cher et tendre, nous avions décidé que je resterai à la maison
si nous avions la chance d’avoir un enfant. 

Ô miracle, j’ai été
enceinte. J’ai arrêté de travaillé. Je savais dès le départ que la grossesse
serait difficile.

Il est arrivé.

Après la fin du
congé maternité, le congé parental de 6 mois, a commencé. Le bonheur de ne  pas à se
soucier de ce qui allait se passer pendant ces 6 petits mois…

J’ai profité de lui,
me suis concentrée sur lui, et nous avons appris à nous connaître. Je l’ai
laissé aller à son rythme.

Arthur  ne dormait déjà que très peu depuis la
maternité. Et si j’avais dû travailler, je n’aurai pas pu assurer avec la somme
de fatigue de tant de nuits sans sommeil. Le congé a pris fin, je n’ai pas repris le travail.

Nous avons pris la
décision d’essayer d’agrandir la famille. De reprendre les essais, les
traitements…

Doudou est arrivé .

Et là, j’ai pu
bénéficier du congé de 3 ans
. Rester à la maison et m’occuper d’eux.  Et prendre notre temps.

Alors certes, je ne
suis pas « épanouie » professionnellement, certes ma maison ne
ressemble à rien, c’est le paradis du jouet . Je n’occupe pas tout
mon temps aux corvées (enfin presque), et encore moins au repassage comme je
l’ai vu dernièrement sur d’autres blogs de mamans, qui parlait « burn
out » maison. 
Mais je m’occupe d’eux. Et je suis heureuse dans mon rôle de
maman à la maison.

Pourquoi cet
article?

Parce qu’avec cette
grossesse, je continue en congé parental. Je continue, jusqu’au 2 ans de ma
princesse
, je continue sur la même lancée. Je continue à profiter d’eux, et de
la découvrir, Elle …

Il y a peu; on m’a
« accusé » d’avoir prémédité cette grossesse pour ne pas reprendre le
boulot. Je n’ai jamais caché mon désir de petit 3 ème NON PLUS. Et j’ai
toujours dis que je retravaillerai « après ».

« après oui,
mais quand »?

Cette
réflexion/question, je l’ai eu également de proches et d’amis, comme si j’abuse
du système, comme si je « glande » en »vacances » à la maison.

L’an dernier, un
banquier pour notre projet immobilier, s’est permis de me dire « ma femme a
repris le travail, vous devriez faire de même au lieu de rester à la
maison ».
Exprimant son dégoût pour les femmes oisives qui restent à la
maison, pour celles qui ne sont pas des working girls et qui ne mettent pas
du »beurre dans les épinards ».

A ces gens, je
réponds que j’ai mis 8 ans pour avoir mes enfants. 8 ans pour construire notre
famille.

J’y ai laissé
beaucoup, et j’ai gagné le droit de m’occuper d’eux.  J’ai cotisé pour cela pendant toutes mes
années  de travail, j’ai le droit de les
voir grandir, comme « moi » je le souhaite, comme leur père et moi le
souhaitons.

Je ramène ma part au
foyer, que ce soit en ménage, en garde d’enfants (coût d’une nourrice économisé
pour 2 enfants), mais aussi grâce à mes trimestres cotisés, je touche
actuellement le COLCA (complément
optionnel de libre choix d’activité) et demain quand la choupette sera là, le
nouveau PreParE (prestation partagée d’éducation de l’enfant) que nous ne
partagerons pas, puisque l’homme ne prendra pas la 3eme année. Car il ne faut pas se
leurrer, dans le privé, ça marche beaucoup moins bien,  que chez les fonctionnaires
(salaire inégal et pérennité remis en question post congé)…

J’ai donc quand même
un petit revenu. Et je mets ainsi un peu de beurre dans les épinards.

Pour tout t’avouer,
avec le banquier, j’ai été un peu plus rude, mais il l’a bien cherché. Et je
lui ai dit que si sa femme « avait pu pondre » quand elle le voulait ce
n’était pas mon cas.  Il est resté stoïque,
et nous n’avons pas eu le prêt immobilier. 
Pas grave, puisqu’une semaine plus tard nous apprenions la future
mutation de mon mari.

Alors, pourquoi le
congés parental est si mal vu?

Je ne sais pas,
c’était déjà le cas, pour ma mère, qui élevait 5 enfants. 20 ans plus tard,
rien n’a bougé, rien n’a changé… 
Je pense à toutes les femmes qui ne peuvent en bénéficier, qui ne peuvent pas arrêter de travailler, ou qui ne le veulent pas. 

En tout cas, moi, je
suis heureuse et décomplexée de pouvoir le prendre. 

Pour lire d’autres
articles sur le sujet:

Un super article,
sur « comment survivre, en congé parental. Tu y retrouveras les infos CAF
et bien d’autres petits conseils .  https://normalewoman.blogspot.fr/2015/05/petit-guide-de-survie-en-conge-parental.html

1 commentaire
  1. LITTLE Méline dit

    Bravo! 👏🏻👏🏻 J'ai testé les deux: Femme active pour Le 1er et Maman à temps complet pour la deuxième. Franchement je me sent plus épanouie en tant que Maman pour la 2 eme! Au premier c'était l'époque des 39h et j'ai dû arrêter brutalement l'allaitement car je ne supportait pas Le tire-lait … J'ai rater pleins de moments comme les 1ers pas, les premiers mots… Du moins je les ai vécu au second plan (après nounou). Donc vive les Mam's à temp plein !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :