Adieu IEF (ou presque) et bonjour, l’école à la rentrée

434




Faire
comme tout le monde, ne pas « marginaliser »
nos enfants, ne pas leur « gâcher » la
vie, ne pas les laisser « sauvages » et
surtout les mettre à l’école.

Nous
étions trop bien avec nos loulous, à suivre leurs rythmes à vivre
doucement, sans pression. Pendant un an, les réflexions et les
jugements ont fusé.  Les idées fermées de la famille ou
d’amis qui n’ont fait que des comparaisons avec d’autres ou leurs
enfants.  Qui n’ont au final rien à dire  sur nos choix,
mais qui ne se sont pas privés , auront eu raison de notre envie de
continuer l’instruction en famille.

Nous
avons dû nous « conformer » en juillet, prendre rendez vous à
l’école, passer à la mairie, remplir un dossier et visiter l’école
de notre nouveau village. 
 

 Nous
avons dû passer l’entretien d’inscription avec une Directrice très
jeune et très douce, mais enceinte de 7 mois (comme moi) qui ne fera
pas la rentrée, et qui m’a avoué être dégoûtée à l’idée de
prendre un congé parental . Qui se remettra « vite vite » au
travail. « Je ne suis pas faite pour être mère au foyer « . Oui c’est sur, moi j’ai pas de métier que j’aime, ni passion, ni
rien ,  je suis juste « mère au foyer » (attention j’en
suis fière, mais je me suis sentie dévalorisée à ce moment là)
comme bien d’autres mamans l’auraient été.

 Elle
a eu du mal  à saisir le pourquoi de notre choix d’IEF pour la
première année (et les suivantes si j’avais pu), et surtout qui a
vu d’un mauvais œil le fait qu’Arthur ne sache pas compter jusqu’à
10 à 3 ans presque 4.  J’ai trouvé ça blessant et plein de
jugement. Car il sait faire tellement de choses.  Nous avons
travaillé durant l’année. Peut être pas assez, mais
nous avons travaillé
.
J’ai fait l’erreur de privilégier l’artistique et les jeux en
mélangeant plusieurs pédagogies. 

Marcel
Pagnol savait lire à l’entrée au CP. Son institutrice l’avait mis à
l’écart en disant « Quand on sait, on se tait » (La Gloire de Mon Père). Car les
lettres et les chiffres s’apprenaient  justement au CP… 


Je
pensais même en ayant lu et relu les programmes scolaires, que
c’était toujours le cas… 

J’ai
cru,  que la « Maternelle » restait un moment où
l’enfant évoluait doucement à son rythme, avant d’entrer dans un
monde de lettres , de maths, de « grand »…

Non,
non et non, quelle idiote, quelle mère stupide et idéaliste,  
Comme je me trompais…
 

Dans
la nouvelle école, il n’y a pas de sieste ;car pas de place pour des
petits lits. La sieste est remplacée par des « temps calmes ».
Ils savent compter, et déchiffrer les lettres et des mots dès la
première année, dès la petite section voir très petite section. 
Comme de petits savants  qui savent tout vite , très
vite. 
 

L’école, y
est obligatoire l’après midi, car les apprentissages fondamentaux se
font l’après midi « avec le tableau numérique », ils y sont
plus « attentifs » et « apprennent mieux que le matin » m’a
expliqué la Directrice.

Tu
parles, très maligne la maitresse/directrice (oui c’est sa classe),
qui sait y faire, pour garder son effectif toute la journée et
remplir la cantine par la même occasion. 
Car  oui, l’école a 
1 km , c’est  8 km par jour, avec les 4 allés retours à pied,
si pas de cantine.  Mais je le ferai car non, il ne mangera pas à la cantine.
J’ai posé la question, car honnêtement,
j’aurai préféré garder Arthur l’après midi, qu’il se repose,
qu’il dorme. Plutôt qu’il ne tombe comme une masse en rentrant de sa
journée d’école, et nous fasse la misère la nuit. 
C’est
stratégique, je connais mon fils et son côté petit dormeur. 
D’ailleurs, j’ai parlé de son soucis de sommeil et la directrice m’a
dit que ça allait se « tasser » avec l’école… J’ai
ri intérieurement. Si elle savait, qu’il est coutumier des nuits
sans sommeil, des nuits à dodo vers 3h du mat et cela depuis la
maternité. Et donc des réveils tardifs le matin.  Mais
j’entends déjà les « conseils », ou les « on va le
faire voir au médecin scolaire » ou pire au psy. J’attends, et
j’aviserai …

Pour
le côté positif, j’ai adoré l’école toute récente,  la cour
avec ses jeux, et les toilettes directement ouverts sur la classe; qui manque un peu d’intiminité quand même. 
J’attends que mon Arthur adepte du naturisme pipi/caca sorte
triomphant de la salle d’eau, nu comme un ver.  
J’attends les
premières réprimandes sur son esprit indépendant et ses idées
bien arrêtées lorsqu’ il hurlera un « NON » bien franc,
quand la sonnerie retentira, ou qu’il ne voudra pas descendre de son
perchoir/toboggan pour rentrer en classe .  C’est qu’il a du caractère le petiot…
J’ai
aimé les activités et sorties dont les photo étaient accrochées
aux fenêtres…

Bien
que non, il ne fera pas les TAP ou activités le soir. Une journée
quasi complète c’est long pour un tout petit. Et « JE SUIS MAMAN AU
FOYER »,
je n’ai que ça à faire que de m’occuper de mon fils après
l’école.

Les
classes  » très petite, petite et moyenne » sections étant
communes, nous avons fait le choix de ne pas mettre Adam à l’école
à la rentrée. Pour que les deux soient séparés et puissent avoir
leurs amis, leur univers.


aussi, désapprobation et jugement, ça serait « mieux » pour
lui et pour les deux frères qui pourraient s’entraider « mais
c’est comme vous voulez »
(tiens ça m’a rappelé le film
Princesse Bride). Cela a raisonné dans mes oreilles, comme un jugement de plus. 

Mais,  ça ferait aussi et surtout un enfant de plus scolarisé dans l’école. Et la mairesse du village, a été claire, « il y a trop d’enfants 2013″… 

Je
pense que si les classes avaient été séparées, il n’y aurait pas
eu de soucis et les deux zouaves auraient fait leurs rentrées pour éviter les réflexions de la famille qui vont fuser …

J’avoue
que j’ai bien du mal. Certains sont fiers de mettre les enfants à la
maternelle, moi je suis  triste. Triste non pas qu’il aille à
l’école, mais j’aurai préféré qu’il fasse une école Montessori,
malheureusement, ce n’est pas possible. J’aurai aimé, qu’il reste
mon petit Electron libre.Qu’il garde sa naïveté sa joie de vivre et sa liberté… 

Car
je sais qu’à la rentrée, il ne sera plus le même. L’Education
Nationale veille au grain  pour que les enfants rentrent dans un
moule, dans un tiroir, dans une catégorie, vers  un même
chemin (parfois mauvais). 

Mais moi aussi, je veillerai au grain,  et je serai vigilante car je sais qu’à l’école ce n’est pas toujours beau… 

Je ferai en sorte qu’il reste lui, mon tout petit, mon Bibou d’Amour,
mon Electron libre …
 

En attendant on va profiter de ces 3 semaines et demi restantes de vacances et se préparer doucement à cette nouvelle vie, cette nouvelle organisation … 

IEF:
Instruction en famille.

3 commentaires
  1. AudreyN dit

    Pff bizarre cette école pas de sieste, les enfants apprennent mieux l aprem. Ici il sait compter jusque 10 mais il est nul en artistique et alors. Nos enfants ne sont pas des singes savants, juste des enfants qui évoluent à leur rythme.

  2. céline dit

    Moi aussi Audrey j'ai trouvé ça très bizarre, le "pas de sieste" surtout qu'il y a une salle sommeil. Mais elle est réservée à la très petite section. Petite et Moyenne n'y ont pas accès. L'instit m'a expliqué, qu'elle faisait des temps de repos avant la cantine. Que ça consistait à prendre un livre, dessiner ou jouer… en bref, ce que tu dois faire normalement à la maternelle … Comme tu dis, nos enfants ne sont pas des singes savants…

  3. grunenwald karen dit

    Pas de sieste l'apres midi ? he ben , les enfants sont intenables si pas de sieste… Donovan ira que le matin a l'école car je préfere qu'il fasse la sieste a la maison pour la première année… J'espère que ca va bien se passer…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :