Pourquoi j’ai abandonné le Zéro Déchêt !

246

J’ai découvert le blog de Béa Jonhson, j’ai lu son livre.Il a été ma Bible longtemps .
J’ai voulu tendre vers son objectif, essayer de tout maîtriser dans la gestion de mes déchets, et j’ai abandonné.

Mais pourquoi ?  

« refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter », ces quelques principes simples à appliquer ou pas, devenaient un casse tête, avec 3 enfants et un geek de mari.

Je me suis efforcée de tout appliquer. Rendant fou mon mari. Je me suis mise la pression et me suis débarrassée de tellement de choses que j’aimais. Recycler; donner,etc.Et je ne connaissais pas encore,  la méthode Marie Kondo.

Puis j’ai fait le bilan de ce que j’ai réellement accompli. Et de ce que je ne voulais plus.

Je ne refuse pas les cadeaux que l’on peut recevoir.  Et j’accepte en souriant, même si j’ai déjà  ce qu’il faut à la maison. Cela nous donne 3 ans de vêtements pour Apolline, donné par une amie .

Mon père a envoyé 4 fois le même cadeau aux enfants. Franchement, ils n’en avaient besoin que d’un pour jouer . Les dominos ont alors envahi mon intérieur, et quand ils sortent la boite, je pense au sourire de mon père et à sa tristesse si j’avais dit « non ». Et je m’encombre donc de 4 boites …

J’ai réduis beaucoup de chose dans ma façon de consommer, un petit peu de tout, jusqu’à faire quasi tout. Au point, de compter, de me priver, de ne plus me faire plaisir. Quoi, un  nouveau jean’s ? Non pas besoin j’en ai 2 autres trois fois trop grands, donc, je n’en ai pas besoin.
Voilà, ce que je pensais. Eh bien non. Se faire plaisir, ce n’est pas non plus réduire au maximum sa garde robe, ses meubles, sa vie.En plus avec des enfants, on a toujours plus.Plus de jouets, plus de vêtements, plus de dessins à accrocher aux mûrs, plus de ci ou de là. J’ai décidé d’arrêter de me priver, ou plutôt d’arrêter de nous frustrer.

Je vais chez Emmaus dès que je peux. Je fais les vides greniers, et j’achète seconde main via le Boncoin, depuis longtemps. Je réutilise beaucoup parce que j’estime qu’un objet qui marche, peut encore durer.

Je recycle mais j’ai arrêté de me torturer. Ma ville ne propose pas d’autre option qu’une poubelle jaune et une poubelle noire. Je mène à recycler tout ce qui peut l’être dans les bornes à cet effet. Mais parfois c’est difficile . Non pas que je ne vais pas à la déchèterie, ou aux bornes de recyclages,
parce que je le fais depuis mon adolescence pour le verre, et et depuis
que les bornes à vêtements existent. Mais parfois un pot de confiture
sans bouchon, ou un tee shirt trop tâché va passer à la poubelle noire, sans état d’âme. Alors qu’il  y a quelques mois encore, j’aurai hurlé au sacrilège et remué la maison pour passer aux bornes de recyclage. 

Je composte. Je composte parce que j’ai un potager, et que c’est ma seule source d’engrais.  Mais si j’habitais en ville à nouveau. Je ne le ferai pas. Trop compliqué à gérer. Et absolument pas envie d’avoir des vers de terre à la maison. Leur place , c’est au jardin. Ils y sont tellement plus utiles.



Mais pourquoi alors, j’ai abandonné le Zero Déchet? 

J’ai cessé de me poser des questions sur mes gestes. Ils sont mien, et je n’ai pas besoin de faire savoir que je sais faire. Je ne crie pas que je pratique le Zéro Déchet parce que ce n’est pas vrai . Je n’ai pas échoué. J’y étais presque. Et je ne culpabilise pas de ne plus appliquer tous les principes. 

J’ai cessé de me torturer l’esprit et à déterminer si je dois faire tel choix ou tel choix pour rester dans le moule non pas inscrit par Béa Johnson, mais par tous les blogs, forums, pages Facebook, youtubeuses qui vantent quelque chose pas compris dans sa globalité. C’est un mode de vie, pas un façon de voir sa vie.

Ici ou là, on voit fleurir un article du ZERO Dechet pour un bocal Le Parfait,  acheté ou déniché en vide grenier. « non mais allo quoi ». Le zero déchet, ce n’est pas mettre un kilo de pâtes dans un bocal. C’est aussi de savoir comment ces pâtes sont arrivées là. Ce n’est pas préparer un Noel Zero Déchet avec des trucs de seconde main et des Legos à profusion parce qu’ils viennent de l’Abbé Pierre.Mais c’est acheté éco responsable, de prendre du bois plutôt que du plastique par exemple. Mais là encore ce n’est pas Zéro Déchet.

  Non le Zero Déchet ce n’est pas consommer que du bio,mais acheter des steaks de soja sous vide ou de l’huile de coco du Sri Lanka. Mais de savoir d’où viennent les choses et comment elles sont fabriquées ou arrivées là.

Non, ma fille ne porte pas de couches lavables. Non je ne me torche pas le cul avec des carrés en tissus , et non non non je n’arrête pas de consommer. Mais grâce au Zero Déchet, je consomme mieux.

J’ai recommencé à prendre du produit lave vaisselle. Les 8 recettes testées ont bousillé mon lave vaisselle . Et pour que cela lave bien, il fallait que je fasse un cycle long, au lieu du cycle éco. Je consommais plus d’eau, et ce n’était pas « bon » pour mon porte feuille et pour la planète. Alors j’ai décidé de prendre des pastilles, qui ne sont pas emballées, qui ont le label vert ou eco, et dont le carton se jette dans la poubelle jaune. J’ai essayé, et je n’ai pas trouvé mieux. Alors pourquoi m’acharner?

J’ai repris du shampoing, parce que j’ai dû couper mes cheveux très abîmés par les savons liquide solide,  bio, faits maisons, ou encore achetés dans des rayons cosmeto Zero Déchet. J’ai essayé, mais à quel prix?!.   Et depuis, ils reprennent du poil de la bête et poussent mieux. Alors oui, la composition n’est pas naturelle, mais l’emballage est recyclable. Donc, je fais le choix, de quand même rester dans le « recyclable ».

J’ai continué à faire mon liniment, mais j’en ai aussi acheté. Par manque de temps. Mais ma foi, le flacon est compostable. Le liniment aussi bien que le mien, sans autre ajout que ma recette.

J’achète des jouets à mes fils et à ma fille. Surtout chez Emmaus ou en vide grenier. Mais cela reste de la consommation, du déchet et parfois souvent ce n’est pas recyclable, et à la fin même pas  réutilisable .Cela consomme des piles, et de l’énergie. Mais qu’importe, mes enfants sont heureux. j’ai acheté des piles rechargeables. Et je donne ou prête ce qui peut l’être.

Alors est ce que cela fait de moi quelqu’un qui ne se soucis pas de la planète ?  NON
Est ce que je ne fais pas attention aux autres ? NON
J’ai juste décidé de mieux consommer, mais de ne « pas » consommer de façon irréfléchie.
Est ce que mes gestes sont en rapport avec le Zéro Déchet. Oui!

Mais j’ai n’ai pas besoin de mentir à moi même ou aux autres, en prônant des bases fausses, qui ne respectent pas les principes de Béa Johnson. Aujourd’hui, j’ai enfin compris, que Rome ne s’est pas faite en un jour. Que petit à petit on peut aller vers… sans subir, sans culpabiliser sans mentir, et en toute connaissance des choses pour soi, et pour les autres.



Et toi, Zero déchet ou comme moi?

Le livre de Béa Johnson est par là : http://amzn.to/2j5V6Vy
La méthode de Marie Kondo est par là : http://amzn.to/2Ap3zay

8 commentaires
  1. Suzanne dit

    Je suis loin d'être zéro déchet mais j'essaie de consommer mieux : par exemple consommer local et pas forcément bio (j'ai toujours trouvé ça étrange d'acheter des haricots verts bio provenant du chili…).

  2. AudreyN dit

    Pareil ico c est impossible mais j essaie de faire au mieux.

  3. La Fée Biscotte dit

    Ton article tombe à pique pour moi car je suis en pleine réflexion sur ce changement. Mais justement je ne veux pas en arriver au point de saturation, de non plaisir… J'avais dans l'idée de rester soft et de faire au mieux dans la mesure du possible avec comme toi un mari et deux enfants. Bravo à toi

    1. Celine de Littlebig Maman dit

      SI j'ai un seul et unique conseil pour virer de bord, vers ce changement Zéro Déchet, c'est de prendre ton temps et d'y aller doucement. Le changement sera plus durable. Et tu n'arriveras pas à saturation…

  4. Picou dit

    je trouve ton article et ta prise de recul très bien. On finit par ressentir une certaine pression, et une certaine culpabilisation, si l'on ne fait pas tout au maximum – or, restons réalistes, appliquer un zéro déchet parfait dans une démarche complètement éco responsable est très difficile à atteindre, surtout avec des enfants, et en ville. Je préfère ne pas me torturer l'esprit et venir petit à petit, étapes par étapes, à un mode de vie plus sain, plutôt que de suivre un effet de mode qui au final ne correspond pas à une démarche à long terme venant de moi. Mais, j'avoue avoir encore beaucoup d'efforts à faire!

    1. Celine de Littlebig Maman dit

      Voilà tout à fait ça , une certaine pression et une certaine culpabilisation. "QUOIIIIIIIIIII t'achetes du café en dosette… non mais ça va pas ! " voici ce que j'ai entendu !
      Et je te suis aussi, on a beaucoup d'efforts à faire…

  5. Cendra dit

    Je fais au mieux!
    Je pense d'abord à ma santé et à celle de mes enfants avant de penser à la planète (qui elle, se remettra toujours des bêtises humaines (elle s'est remise des ères glacières et autres attaques radio actives), mais notre espèce non!), donc on mange bio au maximum.
    Je fais quelques produits ménagers maison, mais pas tout et je regarde les étiquettes pour éviter les composés pourris.
    Je vends beaucoup de nos affaires et j'achète en majorité (pour ne pas dire "que") d'occasion.
    Je ne tends pas vers le zéro déchets, j'y trouve un peu trop d'incohérences, mais j'admire et je comprends ceux qui le pratiquent!

    1. Celine de Littlebig Maman dit

      C'est pareil, j'admire, et je comprends, mais je pense à ma santé et à celle de mes enfants. L'occasion c'est chouette, pour le même prix d'une seule pièce on peut en avoir 3 ou 4…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :