Juste un immense merci !

417

Depuis mercredi, j’ai écris plusieurs articles. Mais je n’arrivais pas à les publier. Non pas que la plateforme Blogger avait un soucis. Non pas que mon PC avait une défaillance (pour une fois).
Non, juste parce-qu’il m’était difficile de reprendre des sujets du quotidien, avec tous les témoignages que j’ai reçu. Que cela soit par mail, par MP, par commentaires, pas moins de 113 femmes, ont témoigné des souffrances qu’elles avaient vécu et du tabou au quotidien.

Je ne pouvais pas reprendre, sans en parler ici avant.

Merci à Hellocoton d’avoir partagé cet article . Mon article. Mon témoignage !

D’une part, j’ai été surprise par l’engouement sur mon blog, et le nombre de visiteurs. Cet article a été vu plus de 7000 fois. Juste cet article.

Et j’ai commencé à recevoir les réponses. Quasi toutes avec une détresse, de l’incompréhension,
de la colère, et parfois sûrement une haine contre le corps médical qui n’avait pas été tendre.

Ces mots sur des maux, m’ont touché, percuté, à chaque passages difficiles.
Un vrai tsunami de violences obstétricales, une vague de méchanceté, un ouragan de violence.

J’ai pleuré 2 fois.

Parfois, un an après, les douleurs physiques persistent, je pense à Steph dont l’entourage ne comprend pas POURQUOI un an après elle souffre encore.
Parfois, 5 ans après la peur d’une future grossesse suite à un accouchement barbare, empêche de désirer et de mettre en route un petit second. 

Parfois les gestes ont été brutaux, intrusifs, et inhumains.

J’ai lu les mots violents dans des moments, où la sensibilité , l’empathie, et la compassion auraient dû entourer les femmes, comme la perte d’un enfant et des actes médicaux qui suivent.

Ces 113 témoignages, je les garde pour toujours.
Je vous dis Merci pour votre courage.
Merci pour avoir écrit et posé des mots sur vos maux.
Le chemin est long jusqu’à l’oubli. D’ailleurs peut-on vraiment oublier? 

Vous n’êtes ni « stupides », ni « sottes », ni « faibles », ni « responsables ».
Vous avez subi, vous êtes « victimes ». Nous sommes des victimes!

Vous avez le droit d’en parler, de le dénoncer et d’avancer. C’est le meilleur moyen de montrer à
ces personnes qu’ils nous ont fait plié sur le moment comme un roseau. Mais nous nous relevons,
 et continuons à vivre sans être brisées.

Vous m’avez touché avec vos mots, dans mon coeur de femme.  

Vous m’avez appris tellement par vos témoignages, que j’ai juste envie de vous dire :

MERCI
 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :