Le mardi, c’est chirurgie bariatrique : Bilan 0

460

Jeudi dernier, j’ai effectué le Bilan 0 dans la Clinique où je suis suivie. Dans le parcours, il y a le bilan 0, le Bilan 1 et le Bilan 2, où viennent s’ajouter des rendez-vous de suivi. Cette journée a été très instructive et m’a aussi un peu perturbée.

Depuis mon rendez-vous avec le Docteur J., mon chirurgien, je suis en possession de mon programme sur six mois. Les secrétaires du service me l’avait donné, avec toutes les recommandations. Comme faire sa pré-admission administrativement des demi-journées de bilan.

Le bilan 0, est la première rencontre de suivi.

Une demi-journée chargée .

Les rendez-vous se succèdent, là aussi, on à un liste, avec l’heure des passages.

8H30 – APA : ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE avec Yoann.A

Activité physique adaptée pour se préparer physiquement à la reprise d’une activité physique. M. A, a très vite compris mes soucis de mobilité avec mes chevilles, mais il ressort que je suis ACTIVE . Son conseil de ne pas tendre vers la douleur est précieux. J’ai tendance justement à faire un forte activité d’un coup, et de ne pas écouter les signaux de douleurs. Cela occasionne par la suite plusieurs jours de « réparation » où je peux avoir les béquilles, ou une canne . Je lui ai montré mes pas » entre 3000/4000 quotidien. Je n’arrive pas à atteindre 10 000. Enfin une ou deux fois par mois. Il m’a conseillé de me fixer un objectif raisonnable. 6000 pas par exemple. Ce fût très instructif. Perdre du poids fera du bien à mon corps. Cela passe aussi par une prise en charge de l’activité physique.

9h30 – DIETETICIENE avec Marion S.

Je suis suivie dans le cadre de mon diabète par une diététicienne à l’hôpital de Cahors. J’ai déjà amorcé un refonte de mon alimentation et de mon rapport avec la nourriture depuis janvier grâce à elle.

J’ai donc pu parler avec Marion.S de cette évolution. Mais aussi de mes soucis de transit depuis le retrait de mon utérus. Un point important et difficile à aborder, qui me fait peur pour le post-op avec le risque d’occlusion.

J’ai vraiment passé un bon moment, car « le lâcher, prise me va » m’a t elle dit , au niveau de l’ alimentation. J’ai parlé aussi de mon potager et du fait maison, ce qui est un plus.

J’avais déjà pris de l’avance sur l’après chirurgie, puisque Marion a écrit un ebook, de recettes, que je recommande fortement. Car il aide à visualiser les quantités et à se préparer à cuisiner des portions pour son petit estomac post op.

10h00 – INFIRMIERE Fabienne M.

Fabienne m’a accueilli avec humour. J’étais un chouïa en retard. Elle a un petit quelque chose, que j’ai déjà croisé chez une amie (Véro si tu passes par là), un peu raide, et plein d’humour. Ça tombe bien, car c’est elle qui pèse sur une machine magique, et qui mesure. C’est aussi elle, et qui fait le point sur le guide de la prise en charge médico-chirurgicale de l’obésité. Un guide qui regroupe toutes les informations ,et qui se présente comme un carnet de bord. Il a été réalisé par toute l’équipe du Centre de l’Obésité.

10H30 – PSYCHOLOGUE Valentine. C

C’était le rendez-vous qui m’angoissait le plus. J’arrive avec un sacré boulet que je traine. Que ce soit le poids, la perte de mon fils, la boucherie dont j’ai été victime. Mon chemin pour aller mieux est amorcé depuis quelques mois. Cette décision alors que je souffre d’une immense angoisse en ce qui concerne les soins, n’a pas été facile à prendre. On se revoit en Juillet pour le bilan 1.

11H00 – NUTRITIONNISTE Dr Olivier V.H.

Je suis évidemment arrivée en retard, et par chance, une autre dame a pu passer. On a fait le point sur mon diabète, mes carences, comme par exemple ma carence naturelle en vitamine D pour laquelle je suis supplément depuis plusieurs années. On a revu les objectifs de pertes à la hausse. Alors que le chirurgien m’avait parlé d’un certain poids que j’ai dû faire en 6ème, lui pense que je suis plus réaliste dans la tranche que j’ai en tête. Alors je reste focus sur cet objectif . C’est SMART : objectif spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporel , dans ma tête, pour mon corps et sur le long terme. J’utilisais la méthode SMART dans le cadre du suivi que je réalisais en tant que Conseillère en insertion/recrutement. Je reste sur cette démarche, pour ne pas trop rêver et réaliser ce que je peux réellement faire .

Des questions en suspens, qui n’ont rien à voir avec mon bilan 0.

Clap de fin sur cette demi-journée Toulousaine, avec quelques interrogations, non pas sur les médecins ou soignants rencontrés, mais sur des rencontres faites.

J’ai déjeuné d’une salade, sur place, et j’ai pu discuter avec des personnes dans le cadre du bilan 1/2. Des personnes, qui devaient se faire réopérer. Cela m’avait un peu surpris sur le groupe de la clinique justement. J’étais curieuse. Des échecs, des reprises de poids, des « ré-opérations »: sleeve puis by-pass, puis sleeve à nouveau, ou anneaux, sleeve puis by-pass. C’est inquiétant de voir que les rechutes sont sévères et mènent à une ou plusieurs autres opérations de chirurgie bariatrique, alors que l’on devrait être dans la reconstruction physique.

Ce fût très instructif, me met des doutes, et m’a donné envie de creuser un peu plus.

Rendez vous en juillet pour le bilan 1 & 2 , et mardi prochain pour un nouvel article sur la chirurgie bariatrique.

NB: Mes articles sur la chirurgie bariatrique, ne concernent que moi, mon parcours et mes ressentis. Je ne suis pas médecin, ni soignante, je ne donne aucun conseil. Mes articles interview sont le reflet réel du parcours des invités. N’étant pas journaliste, je n’ai aucune obligation à vérifier mes sources. Cependant quand je peux le faire, je le fais. Cette précision, vient après une remarque .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :