Le mardi c’est chirurgie bariatrique : Bilan 1 et 2

523

Depuis que j’ai entamé ce parcours, j’avance vers la chirurgie. Ce qui me semblait si loin, il y a quelques mois, apparaît doucement devant moi. J’ai réalisé fin juillet les deux derniers bilans. J’ai réussi à vaincre ma peur en quelque sorte pour l’examen qui me terrifiait : la fibroscopie.

Depuis mon rendez-vous avec le Docteur J., mon chirurgien, je suis en possession de mon programme sur six mois , j’ai donc réalisé les trois bilans . J’ai enfin terminé un gros morceau de ce programme en réalisant ces deux dernières journées.

BILAN 1 : Un programme chargé !

Le 21 juillet, les rendez-vous se succèdent, là aussi, on à un liste avec l’heure des passages pour les examens.Nous sommes deux ces jours-là. Nous nous étions croisé pour le bilan 0. Je me suis sentie moins seule.

Pneumologue, cardiologue, bilan biologique, nutritionniste, pneumologue à nouveau et anesthésiste pour le matin. Diététicienne, psychologue et panoramique dentaire l’après midi.

Cette journée a été très longue, entre l’attente, les résultats, les examens etc. Mais le point positif, c’est que j’ai été piquée correctement, et sans souffrance pour le bilan.

Je n’étais pas très bien compte tenu de l’approche des trois ans de la perte de mon fils. Pas très bien non plus compte tenu de mes glycémies incontrôlables avec le stress. J’ai senti le besoin d’en savoir plus de la psychologue. Les rendez-vous sont courts alors que le besoin est important.

BILAN 2 l’examen de la peur : la fibroscopie

De tous les examens que j’ai passé, c’est celui qui me faisait peur. À l’hôpital de Rangueil, c’était imposé sans anesthésie générale. Avec mon foutu syndrome post traumatique, il m’était impossible d’envisager cette option. Au Cèdres, on m’a directement proposé l’option « sous AG » et j’étais rassurée. Aucune obligation bien sûr, mais je savais que ce serait plus facile pour moi.

Je suis arrivée à jeun de la veille, angoissée comme si je passais mon Bac à nouveau. Inquiète qu’il se passe quelque chose durant mon sommeil, que je fasse une réaction, ou que je me réveille en réanimation. Des angoisses qui m’empêchent de me soigner correctement depuis 3 ans, une peur viscérale.

J’étais seule, sur mon brancard pendant plus d’une heure en attendant mon passage. J’ai cette chance immense de faire de la méditation et de la respiration. C’est ce qui m’a aidé. Je me suis focalisée sur le plafond, j’ai respiré encore et encore.

Au moment de l’anesthésie, petit moment de panique avec hyperventilation, stress et agitation. Le Docteur C., m’a guidé avec des paroles bienveillantes, pour m’aider à retrouver mon souffle. Je l’écoutais en confiance et me suis endormie au son de sa voix. L’examen a été réalisé pendant que je faisais ma « sieste ». Le réveil a été un peu brut, avec du « réveillez vous et mettez vous debout » alors que j’étais dans les vapes. Je m’étais fait une montagne, de cette petite colline…

Sur le bon chemin

J’ai fini le plus gros de mes rendez-vous. J’ai passé pour moi, le plus difficile de ce parcours. Il me reste donc, un rendez-vous avec le médecin nutritionniste, avec la psychologue, la diététicienne et le chirurgien jusqu’à fin septembre. J’ai également une scintigraphie du coeur à réaliser ce mercredi, et un nouveau rendez-vous avec le cardiologue en suivant. A ce jour, je ne sais pas , si je vais être opérée à la suite du rendez-vous avec le chirurgien. Je n’ai pas l’hémoglobine glyquée recommandée, et je sais que je n’y arriverai pas d’ici là. Je ne vais pas me faire arracher les racines d’une dent de sagesse qui me reste, depuis 17 ans, je n’ai eu aucun problème avec. Et je viens de terminer une année complète de soins dentaires. Et pour finir, l’opération dépend aussi de la scintigraphie et de ce que va dire le cardiologue . La réanimation que j’ai subi il y a 3 ans, a laissé des traces…

A l’issue de ces deux bilans, beaucoup de questions et d’interrogations sont arrivées. Le côté médical que je ne gère pas. Ni ne sais comment faire pour l’améliorer sans me mettre en danger. Le côté « vie d’après » dont, je reparle bientôt dans un nouvel article parce qu’il me semble intéressant de se projeter.

Je suis fière de moi. J’ai déjà été au delà de ce que j’imaginais au début du parcours. Je pensais honnêtement que la peur prendrait le dessus. Je suis au trois quart du chemin, les derniers rendez-vous arrivent, et ma motivation reste au top !

Rendez-vous mardi prochain, pour un nouvel article de chirurgie bariatrique.

NB: Mes articles sur la chirurgie bariatrique, ne concernent que moi, mon parcours et mes ressentis. Je ne suis pas médecin, ni soignante, je ne donne aucun conseil. Mes articles interview sont le reflet réel du parcours des invités. N’étant pas journaliste, je n’ai aucune obligation à vérifier mes sources. Cependant quand je peux le faire, je le fais. Cette précision, vient après une remarque .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :