Le mardi, c’est chirurgie bariatrique : La dernière ligne droite

460

Voilà, j’y suis, c’est ma toute dernière semaine avant l’opération. Celle de tous les doutes, de tous les « Et si », de toutes les angoisses. Celle aussi de tous les espoirs, des tous les changement, d’un nouvel avenir.

Quand j’ai commencé le parcours, je ne m’attendais pas à aller si loin. Je ne pensais pas être si forte, pour subir les examens ou travailler sur les points psychologiques si lourds. Ces casseroles que je traine depuis mon enfance, ces boulets qui me tirent vers le bas depuis la perte de mon fils.

Je ne savais pas, que ce serait si dur et si prenant.

Dernière ligne droite, derniers préparatifs.

Entre la paperasse, les derniers achats, et le régime pré-op, tout se prépare : avant, pendant et après.

J’essaie de ne rien oublier. Je fais des listes, j’ai un planning, je m’organise !

Je fais des lettres, où les premiers mots viennent et où les derniers restent dans ma gorge. J’appelle ça, les « Et si ». Pour mon mari et mes enfants. Parce que « Et si »

Préparer sa valise, sans rien oublier. Parce que le confort post Op est important.

Faire ses menus, et varier les soupes, faute de pouvoir faire ses adieux à la (mal) bouffe, diabète et foie oblige . S’organiser pour les enfants, les faire garder. Et enfin préparer le Post Op pour plus de sérénité.

Dernière ligne droite, derniers pas, vers un meilleur moi.

Je commence à entrevoir, ce qui sera mon moi d’après. Un peu comme lorsqu’on regarde par la serrure. Je n’ose pas imaginer combien de kilos je vais perdre, parce qu’en vrai chaque cas est différent. Il y a ceux qui reprennent après, ceux qui perdent peu, ou a contrario, ceux qui perdent beaucoup. Je ne sais pas où me classer encore, et je ne veux pas me mettre la pression. C’est tellement aléatoire, et vaut mieux ne pas imaginer pour éviter un échec.

La question, c’est surtout de savoir ce qui va changer, en moi. Comme je l’ai toujours dit, je fais cette opération pour ma santé en priorité, pas pour l’esthétique. Mais les deux vont être impacté. Ma santé actuelle et passée, sont deux boulets que je traine vraiment. C’est tellement imbriqué dans mon quotidien, et lourd aussi. Que j’espère plus de légèreté.

Je lis deux livres actuellement qui aide. Eloge de la chance de Philippe Gabilliet et Le corps n’oublie rien de Bessel Van der Kolk . Je prends mon temps, car le second fait appel à des douleurs difficiles à affronter. Mais j’aime à me dire que je me prépare à saisir les opportunités de la vie, et que la toute première c’est, cette opération … Honnêtement, je vous conseille Le corps n’oublie rien, durant votre parcours, surtout si votre poids est psychologique, ou que vous avez eu des traumatismes. Il m’aide à accepter que je ne suis pas responsable de mon état.

Mardi prochain, si tout va bien, et si l’opération n’est pas annulée à cause du Covid, à la même heure, j’attendrai mon tour, pour aller au bloc…

Je reste humble, forte, et motivée quoiqu’il arrive, même si cette dernière semaine, me semble longue et difficile.

1 commentaire
  1. Nisa lectures dit

    Un article très émouvant. Bon courage pour cette dernière ligne droite <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :