Un an post-op, déjà …

2 055

Déjà un an !

Et voilà, une année, qui est passée si vite, que c’est comme si j’avais commencé le parcours la semaine dernière. Je suis fière de cette année complète avec mon estomac court-circuité. Fière de moi, malgré les freins, et autres boulets que je me traine. Je me rappelle encore de mon premier post, où je parlais pour la première fois de mon changement d’idée, et de mon envie de me faire opérer . Je vous ai partagé ici, mes craintes du post-op, ou que quelque chose se passe mal durant l’opération et surtout la peur de ne pas réussir .

Je suis fière, d’avoir passé le cap de l’opération, d’avoir perdu du poids, mais surtout fière de mon évolution mentale depuis . Les chemins que j’ai pris, ne sont pas des plus faciles, mais franchement, cela vaut le coup .

Evolution Physique : quelques chiffres

Même si la dysmorphie est passée par là, je suis consciente que j’ai clairement changé physiquement. Je suis passée d’un 52/54 à un 44/46 . Je ne vais plus dans les rayons grandes tailles.

Une histoire de poids :

Je n’ai jamais donné mon poids de départ ici. Vous savez, ce poids de départ du jour J. J’avais honte. Honte, de celle que j’étais, de ce poids lourd et pesant qui me poussait vers la maladie. Et pourtant…

Je faisais le jour de mon opération : 132kg.

Comment ai-je pu arriver à ce poids ? Je ne sais pas. J’ai tellement d’excuses , la vie, la mort, la santéetc. Mais j’en étais là, et je ne suis pas fière.

Aujourd’hui, je suis à 90 kg .

Même si je suis enfin à 2 chiffres, je suis toujours en obésité. Il me reste une dizaine de kilos avant d’atteindre le surpoids, et 25/30 kg avant d’être dans la « norme ». Mais j’ai absolument tout gagné depuis l’opération. J’ai surtout (re)trouvé la santé .

Une histoire de mesures :

Le mètre ruban a toujours été un ami fidèle, surtout quand je suis en palier. Les centimètres disparaissent , alors que le poids lui, ne bouge pas.

Un tableau vaut mieux qu’un grand discours :

J’ai donc sur l’année complète, perdu 201 centimètres . C’est énorme !!!

Je vois beaucoup d’opéré.e.s se plaindre du poids qui stagne, d’être un palier, et je le dis souvent « mesure-toi ». Le corps est curieux, il se met en grève et nous joue des tours, tout en continuant à se modifier. Il faut être patient.e, et avancer à son rythme. On ne maîtrise pas tout, et bien souvent, c’est le psycho/mental qui fait la différence.

Evolution Mentale : avant, maintenant et bientôt.

On va pas se mentir, depuis l’opération, j’ai changé. J’ai évolué. J’ai pris en force. J’ai accepté. Je suis devenue plus résiliente. Cette année n’a pas été simple, mais j’ai gardé le cap. J’ai dû faire face à des tempêtes émotionnelles qui auraient terrassé plus d’un.e . La maladie de ma mère, puis son décès. Le procès pour le décès de mon fils et son expertise. Mes douleurs aux chevilles et mon épaule blessée deux fois cette année. Et cette psychothérapie, que j’ai entamé.

Les freins à ma perte de poids .

J’ai deux grands freins à ma perte de poids : mon diabète et ma dépression.

Le diabète

Curieusement, même s’il s’est grandement amélioré, et que nous sommes lui, et moi en lune de miel, la moindre variation de glycémie et de facto, d’insuline, me fait toujours prendre un ou deux kilos. Ah, là, là, cette fameuse insulino-résistance avec sa soeur maléfique l’hypersensibilité à l’insuline me jouent des tours encore et toujours. C’est un peu comme la Team Rocket de Pokémon. Toujours là quand on s’y attend le moins pour me jouer un mauvais tour.

Je continue ce que je fais. Je suis toujours suivie par ma diabétologue de Cahors. Je suis à trois HBA1C (hémoglobines glyquées) entre 6% et 5,7%. C’est la norme « normale ». Et ma foi, c’est pas si mal non?! (enfin, sauf les hypoglycémies qui sont nombreuses et relativement chiantes).

Le côté psy

J’ai enfin pris le taureau par les cornes, enfin ma dépression en vrai. Je n’ai pas l’esprit d’un Matador dans l’âme (je suis contre la Corrida rassure-toi), mais je lutte contre une bête en furie . Celle qui me terrasse depuis plus de cinq ans, celle qui prend ses sources dans l’enfance. Et surtout, celle qui pose sur moi, une armure qui pèse lourd.

J’ai entamé une thérapie EMDR (L’EMDR est une psychothérapie par mouvement oculaires qui cible les mémoires traumatiques des individus.) avec la psy du centre de l’obésité qui me suit.

J’ai dû attendre l’expertise judiciaire pour réellement commencer. On (re)cherche la base de ma prise de poids . Le moment, où tout à commencé. Il a été identifié lors de la dernière séance (youpi). Je travaille aussi sur les émotions et croyez-moi, cela change tout au niveau du stress post-traumatique et de tout ce que j’ai vécu au fil de ma vie.

En plus, de la thérapie, je me suis mise au « mindset »positif ou état d’esprit positif. Chaque jour, je lis des textes motivants, bienveillants et ultra positifs, qui me permettent d’avancer vers une meilleure force mentale. J’ai pris des décisions pour moi-même et j’ai éloigné les personnes toxiques. Vous pouvez me croire, ça aide « de fou ». On m’a dit il y a quelques semaine, « le positif, attire le positif ». J’en mesure chaque mot, ce jour. Je n’ai besoin que de POSITIF pour avancer.

Au finish, le parcours psy, ne se termine pas avec l’opération, et continuer à être suivi après, permet de ne pas (re)tomber dans ses travers. Pour moi, c’est de continuer à me débarrasser de cette pseudo armure de kilos en trop.

Et après ?

Pour le nutritionniste, j’ai encore 12/15 kg à perdre sur un an. Si c’est plus, c’est bien, si c’est moins, on verra bien. Et personnellement, je suis d’accord avec cela. Je ne me prends pas la tête. Surtout qu’avec le By-pass, nous perdons sur deux ans.

Cette deuxième année, est celle du changement physique. Même si je ne perds pas ou plus de poids, je veux continuer à prendre de la masse musculaire. J’ai perdu 5 kg de muscles et 8 de graisse. Si pour la seconde, c’est une fierté, pour la première, va falloir bien travailler. Les « biscottos », c’est la vie ! (et le sport aussi)

Je ne sais toujours pas, si je vais de la chirurgie réparatrice. J’ai 45 ans, des enfants, un corps qui porte beaucoup de cicatrices. Est-ce que la peau qui fripe ici ou là, me dérange? Pas pour l’instant, excepté sur l’intérieur des cuisses, mais j’y travaille . Je n’ai pas fait cette opération pour le physique, mais bel et bien pour ma santé. Et j’ai déjà tout gagné, et absolument rien à corriger de ce côté là.

Mes objectifs à venir, c’est de continuer à vivre ma vie avec ce petit estomac court-circuité. C’est d’essayer de vivre en conscience, ce qu’il se passe dans mon corps. Et surtout d’avancer encore et toujours, vers une nouvelle version de moi-même.

Je vous embrasse la Littlebig Family. Merci encore et toujours, de me suivre ici, ou ailleurs…

♥♥♥

Retrouvez mes articles de chirurgie bariatrique par ici.

♥ Qui m’aime, me suive sur Instagram , sur ma Page Facebook et sur Tiktok

3 commentaires
  1. lesbroutillesdenanou dit

    tu as tout gagné pour ta santé et c’est bien l’essentiel. Et je trouve ca effectivement plus parlant les cm en moins que les kilos.

  2. Nisa lectures dit

    Je te le redis : je suis tellement impressionnée de ton parcours, de ta force.
    Je te souhaite de vaincre ta dépression, c’est aussi un sacré combat.
    Elles sont bien nos psys au CDO, hein ? <3

    1. Céline de LittleBigMaman dit

      Merciiiii Infiniment… et ouiiii les psy du CDO sont les meilleures. Lauriane est vraiment une perle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :