Et regarder enfin briller mon étoile

383

Voilà,deux jours que je me suis mis un gros coup de pied aux fesses.
Deux jours que je fais de grands pas, que j’essaie de me forcer à faire plus et encore plus…

Il aura fallu un gros »bad trip »nocturne et toute la patience de mon mari, pour sortir toute ma colère, toute ma culpabilité, toute ma peine …

Et surtout de verbaliser.

Non, je n’aurais jamais mon fils dans mes bras.
Non je ne vais pas le voir grandir, et devenir un homme.
Je suis sa mère, jusqu’à la fin de ma vie . Et cela ne changera jamais !

Je pensais que je n’étais pas dans le deuil, que j’avais la douleur physique qui étouffait la douleur de sa perte.
Mais en vrai, elle était là. Elle m’étouffait tous les jours.
Elle m’empêchait de comprendre et d’avancer .
Elle ne me permettait pas de voir, que ma peine sera là, toujours, chaque jour,  au quotidien.
Que je vais vivre avec tous les jours du reste de ma vie.

Une amie qui a vécu ce drame avec son petit Caleb m’a écrit :

 » ton fils te manquera toujours, tu y penseras chaque matin, mais peu à peu, cette violente douleur s’apaise et un jour tu te surprends à penser à lui, à ce qu’il ferait s’il était là, avec un petit sourire »

Elle a rajouté:

« La perte d’un enfant créé une plaie qui n’est jamais totalement guérie, mais qui s’apaise. » 

Et je crois que j’ai commencé à comprendre, que je ne devais pas lutter.
Que je devais aller vers l’apaisement, parce que sinon j’allais dans la folie .

 Je souffre et j’ai mal physiquement d’avoir arrêté les anti-douleurs.
Mais mon esprit s’est éclairci. Et j’ai pu faire des petits et grands pas.

J’ai décidé de vivre.
Vivre, respirer, aimer, continuer …

Cela va être long et difficile.
Il va falloir que je me reconstruise physiquement et psychologiquement.

 Mais je sais que je suis sur la bonne voie.
Je suis enfin montée dans le train.
Et comme l’écrit si bien Virginie Grimaldi :

« Il est grand temps de rallumer les étoiles »  …

La mienne brille si fort, et je ne la voyais pas…

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

3 commentaires
  1. Djahann dit

    Il y a des étapes, aussi douloureuses soient-elles, qu'il est nécessaire de vivre avant de pouvoir avancer. Tu es sur le chemin et je suis sûre que tu vas y arriver parce que tu as un mari et des enfants merveilleux qui vont t'y aider. Allez mieux ne veut pas dire oublier Augustin, bien au contraire. Ta petite étoile veille sur toi

  2. Eliane dit

    Bonjour, il y a maintenant 8 ans j'ai également perdu un fils (à 7mois et demi de grossesse). Je comprends tout à fait la douleur et le deuil par lequel tu passes. C'est dur mais tu vas y arriver, tu es bien entourée par ta famille et le tout est de parler. Parler de ton ressenti, de ta douleur, de toutes les émotions qui passe dans ta tête avec ton mari, c'est ce qui m'a aider à aller de l'avant. Et c'est aussi ce qui m'a rapprocher encore plus de mon mari parce qu'on a appris à mieux se comprendre vu que nous n'avons pas vécu la perte de notre bébé de la même manière.
    Bon courage

  3. Justine Blogdunepartageuse dit

    Tu es une des femmes les plus fortes que j'ai pu "connaître". Merci Internet.. Et Bravo à toi, sincèrement ! Je te souhaite le meilleur 😽

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :