Tout l’amour qu’il me porte : les retrouvailles

501

Il devait être midi ce vendredi 27 juillet , quand mon mari a pu me voir en réanimation.
Il était là derrière les portes depuis son retour de la Gendarmerie, attendant de mes nouvelles.
J’étais réveillée depuis peu, sortie du coma artificiel dans lequel, ils m’avaient plongé.
J’étais terrifiée par le réveil sous respirateur, qui m’avait empêché de prendre de grandes respirations.
De longues minutes d’angoisses dont je garde le son, et l’impression ancrée dans ma mémoire.
Une jeune surfeuse qui avait eu un accident à ma droite.
Une mamie reliée à toute sorte de machine à ma gauche.
Des médecins partout, qui passaient sans dire bonjour, sans même un regard.

Quand je l’ai aperçu, j’ai vu plusieurs sentiments passer sur son visage.
 Lui qui ne montre rien, lui qui sait si bien  cacher ses émotions.
J’ai su que c’était grave , très grave …

Il y a eu l’amour, le vrai, le pur, celui du soulagement, d’avoir retrouver sa moitié.
Ce regard, je l’avais vu 5 fois en 18 ans. Pour notre premier rendez vous, à la naissance de nos enfants, et surtout le jour de notre mariage.
Il m’a pris la main. Enfin les doigts, car mes deux mains, étaient toutes plusieurs fois perfusées.
Ses premiers mots, ont été d’une immense colère  que je ne lui ai jamais vu:

« ils vont payer pour ce qu’ils t’ont fait et ce qu’ils ont fait  à notre fils ». 

Quand il m’a dit cela , je ne savais pas encore ce que l’on m’avait fait.
Une seconde avant nous étions jeudi, j’étais en salle de naissance.
Et je me retrouvais là, vendredi  midi, sans savoir quoique ce soit.
Il m’a expliqué en douceur, ce qu’il s’est passé.
En  douceur, sans détail, mais il m’a expliqué, qu’on m’avait « sauvé » la vie mais qu’il s’était mis en colère contre le chirurgien.
Que c’était une vraie boucherie, avant que je ne parte au bloc.
Qu’ils avaient levé mon utérus et qu’ils avaient fait de « notre deuil une boucherie ».
J’écoutais, sans tout comprendre.
Mon cerveau était éteint à partir du mot HYSTERECTOMIE.
J’ai commencé à pleurer. Il a compris. Et il n’était que douceur.
Sa main chaude, rassurante, aimante, me réchauffait les doigts gelés.
Il a continué en m’expliquant pourquoi à 6h du matin, viré de la salle de naissance.
Seul sans savoir où j’étais, il a pris le sac du petit, mes affaires, les a jeté dans la voiture.
Il est parti faire le dépôt de plainte.

Il ne savait rien, c’était violent, c’était monstrueux ce qu’ils nous avaient fait, c’était horrible. 

Il m’a dit qu’il avait eu la peur de sa vie. Celle de me perdre.
Il m’a dit peut être dix fois, cent fois, qu’il m’aimait. Là dans cette pièce, en réanimation.
Nous étions deux, meurtris par la peine d’avoir perdu notre fils.
Dévastés d’avoir vu la mort de prés .

En 18 ans de vie commune, je ne doutais pas, mais je ne savais pas que c’était autant.
Il est mon univers, et je suis le sien. Maintenant, j’en ai la certitude.
J’ai vu alors tout l’amour qu’il me porte. Le véritable amour ! 
J’ai vu l’amour qu’il me porte, et je suis certaine, que c’est cet amour fort, et intense, qui m’a permis
de rester en vie, qu’il m’a porté et accompagné…
Je ne savais pas à ce moment, que cet amour allait prendre le chemin de la béquille pour marcher, guérir, et que sans lui, je ne pourrais rien faire…

  
Ne voyez pas dans le « ils vont payer », une envie de les « faire cracher
au bassinet », parce qu’il n’en est rien.  On veut que plus jamais aucune
femme ne subisse ce que nous avons vécu … On veut que tous les
soignants qui m’ont suivi avant le drame, comprennent que l’humain derrière
est plus important que le protocole. Ils ont mis ma vie en danger, ils
doivent s’excuser, et surtout accepter de ne pas être Dieu en
choisissant pour autrui…

3 commentaires
  1. Aurelie dit

    C'est si beau cet amour … Je vous souhaite de vous remettre de cette épreuve le plus rapidement possible pour pouvoir vivre votre amour au mieux et "les faire payer" pour que leurs protocoles et tout le reste s'adapte à l'humain et non à leurs envies et pratiques…

  2. AudreyN dit

    Tant d amour .

  3. stéphanie périni dit

    Billet très poignant, j'ai les larmes qui coulent. Bravo MR, et continuez ainsi. Je vous souhaite le meilleur, comme couple et famille LOVE ����
    prompt rétablissement et qu'ils paient!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :