Le plus bel endroit du monde est ici

203

Aujourd’hui, j’inaugure un rendez vous lecture. Et pour ce nouveau rendez vous, je ne voyais aucun autre livre que : 

 ***Le plus bel endroit du monde est ici***  
de Francesc Miralles et de Care Santos.

Ce livre est l’un des plus étrange que j’ai pu lire. Il m’a à la fois
captivé, et à la fois ennuyé. Je l’ai commencé, abandonné, laissé,
repris, puis terminé. Et je l’ai même lu 2 fois. 

 Sur la couv’:

Iris a 36 ans et des idées noires plein la
tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident
et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et
gris, elle songe même à en finir. 

Son regard se pose alors sur la
devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention
auparavant. 

Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici,
éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti
d’un rêve. 

Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien
porteur d’une promesse : le bonheur.

Tout le monde est un jour ou l’autre à la place de Iris. On aime ou on est aimé, et on perd quelqu’un : parents, famille, amis … peut importe, un jour la mort frappe, et la peine nous submerge telle un tsunami.

Ce que j’aime dans ce livre, c’est l’apaisement  que l’on ressent au fil de la lecture. Iris passe par toutes les phases du deuil ( choc, déni, colère et marchandage, tristesse, résignation, acceptation et reconstruction).
Ce deuil suite à la mort violente de ses parents, qui la laisse orpheline, seule, triste et fatiguée de vivre, dans une vie « plan-plan ». Ce deuil qui fait de sa vie un boulet et son avenir incertain, puisqu’elle pense au pire jusqu’à ce qu’elle tombe sur le Café « Le plus bel endroit du monde est ici ».

La rencontre avec Luca  est juste magnifique. Un Amour vrai comme il y en a pas. Pas forcément AMOUR  comme on l’entend

Le café du plus Bel endroit du monde, c’est un peu le carrousel de la vie. On monte à bord, et ça tourne, tourne et tourne… ça nous emporte entre joie et peine, vie et mort,  dans un joli tourbillon.

Un vrai conte de fée moderne, où l’amour triomphe toujours, même si l’amour n’a pas le visage que l’on souhaiterait.

Ce que j’aime particulièrement, c’est de lire au fil des pages l’émancipation de Iris. Elle grandit et devient enfin elle-même. On partage sa prise de conscience, ses décisions, son évolution.

C’est un travail de cicatrisation, de reprise en main de soi, de nouvelles directions  que l’on peut prendre .Cela rend ce livre si intéressant, sincère et un peu magique. Tu vois, il se situe entre le roman et le livre de développement personnel, rythmé par les décisions de Iris pour avoir des buts dans sa vie un peu merdique, limite ermite. Pour qu’elle n’ait plus peur de prendre des décisions, de prendre les devants, et de prendre sa vie en main. En bref, AVANCER.

Je ne vais pas te cacher, qu’il a ouvert la porte de Pandore. Tu sais la petite boite que l’on ferme  vite fait, que l’on cache  au fond du tiroir pour ne pas ou ne plus souffrir.

C’est un des rares livres, que j’ai pu lire, qui m’a marqué, qui m’a bonifié, et qui m’a fait aimer la vie, et me délivrer de la solitude,

Je l’ai  relu avec un grand plaisir, juste pour l’histoire, une tasse de chocolat chaud dans la maison, sur le canapé, dans un plaid bien chaud durant les siestes des enfants…


Et bien sur, Le plus endroit du monde est ici …

1 commentaire
  1. SOo Ragnous dit

    Wahou tu me donne envie de le lire ce livre, je suis une fan de lecture, et j'aime beaucoup les histoires de ce type. Je pense me procurer le livre. J'aime beaucoup ton écriture, tu t'exprime très bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :