Le Mardi, c’est Chirurgie Bariatrique : Nisa, bypassée et autrice.

1 106

J’ai l’honneur aujourd’hui, de recevoir sur le blog Nisa, l’auteur de : Mon parcours de bypassée : De la décision aux 9 mois post-op . Un livre précieux, que je recommande vivement. Nisa et moi partageons le même Centre de l’Obésité, et j’ai la chance d’avoir le même chirurgien. Son livre m’a donc rassurée et surtout, fait entrevoir la partie Post-Op, avec précision.

Ma petite interview de Nisa, bypassée et autrice.

Bonjour Nisa, peux-tu te présenter ?  

Bonjour, Céline, merci de m’accueillir sur ton blog. 

Je suis avant tout chroniqueuse littéraire depuis pas mal d’années maintenant et je mets en avant des auteurs dont j’admire le travail.

En 2019 j’ai entamé un parcours chirurgical pour sortir de mon obésité qui était devenue préjudiciable à ma santé et handicapante. Je me livre dans Mon parcours de bypassée.

Quel a été ton déclic pour te diriger vers une chirurgie bariatrique ? Le moment qui a fait pencher la balance…

J’adore le jeu de mots !

Il y a eu plusieurs choses simultanées. Une tension devenue difficilement contrôlable accompagnée d’un adénome à une surrénale qui a demandé un suivi rigoureux où l’on m’a fait comprendre que mon obésité aggravait mes problèmes. Que ma santé était véritablement menacée. Ça a agi comme un électrochoc, et je me suis rendu compte que mon autonomie était aussi fortement dégradée : je mettais plus de temps que ma grand-mère pour me préparer le matin ! 

J’ai pensé à mes enfants, à tout ce que je ne pouvais pas déjà pas faire avec eux, mais aussi à tout ce que je ne pourrais plus faire avec eux si je continuais à décliner à ce rythme qui s’était clairement accéléré sur les deux dernières années.

Pourquoi un by-pass ? As-tu eu le choix ? (je sais que tu as donné la réponse dans ton livre mais c’est surtout pour faire une comparaison avec d’autres témoignages que j’ai eu ici)

Le chirurgien m’a demandé mon avis, mais avec mes remontées gastriques, le bypass était plus indiqué (la sleeve peut les déclencher ou les aggraver en raison du tube vertical formé par l’estomac remodelé). Je n’ai donc pas hésité et je me suis rapidement aperçue que je me projetais avec cette technique quand j’en parlais autour de moi ou que j’y pensais.

Quel a été ton déclic pour te lancer dans l’écriture de ton livre témoignage.  

Mes suites opératoires ont été compliquées, j’ai été réhospitalisée et je n’ai repris le travail qu’à 3 mois post-op. J’avais besoin de me libérer de tout ce que j’avais vécu, et j’ai commencé l’écriture comme ça, juste pour lâcher mes angoisses. Petit à petit, à force de recevoir des questions (y compris de gens non concernés directement, mais qui étaient très intéressés et qui profitaient de mon ouverture sur le sujet) et en me rappelant à quel point j’avais eu besoin qu’un tel livre existe quand j’étais en phase préop, l’idée a fait son chemin. J’aime me sentir utile, c’est un excellent moteur, et il fallait bien ça pour ces 18 mois d’écriture extrêmement intenses.

As-tu lu, toi aussi sur le sujet ?  

Pas de livre car je n’en ai pas trouvé en français ! Par contre, j’ai parcouru frénétiquement les moindres infos dénichées sur Internet, essentiellement sur des blogs comme le tien (c’est tellement important ce que tu fais !), des chaînes YouTube et le groupe Facebook de l’association de patients de mon centre. Tous ces témoignages m’aidaient dans mon cheminement.

Comment te sens-tu aujourd’hui ? 

Bien ! Mon témoignage s’arrête aux 9 mois post-op. À ce moment-là, j’ai commencé la phase de stabilisation, le pire est derrière moi et je suis très optimiste sur l’avenir. Quelques mois plus tard, j’ai affronté une épreuve à laquelle je ne m’attendais pas : des troubles du comportement alimentaire, avec notamment une addiction au sucre. Ça s’est déclenché à peu près en même temps que l’apparition de mes problèmes de potassium (qui n’étaient effectivement pas liés au bypass) et je n’étais pas bien physiquement (les symptômes) et très abattue psychologiquement (j’avais l’impression que jamais ma santé n’allait jamais s’améliorer). Je n’étais sûrement pas en état de résister, d’autant que j’ai très mal supporté l’un des médicaments. Après des mois de lutte (en lien avec le Centre de l’Obésité) et un changement de traitement, j’ai réussi à me sevrer du sucre et j’ai régulé mes crises alimentaires la journée. Le soir est encore en travail, mais je progresse chaque jour. Relire mon témoignage, voir comment j’avais déjà surmonté tant d’épreuves, ça m’a énormément aidé à être plus indulgente, à trouver la force de m’en sortir.

Quelle a été ta recette lisse ou mixée préférée ? 

Question difficile, car avec mes vomissements, j’ai un peu l’impression d’être passée à côté de cette étape. J’ai toujours dans mon congélateur des glaçons de purée préparés avant l’opération ! Du coup je peux juste te dire que cette astuce est très pratique, mais ce n’est pas terrible au goût. Je me nourrissais parce qu’il le fallait, sans appétit et sans envie. Puis quand j’ai arrêté de vomir, j’ai directement remangé « normalement ».

Tu as écrit ton témoignage. Peux-tu nous raconter l’histoire de ce livre. Y pensais-tu pendant ton parcours ? 

Honnêtement, même si je baigne dans les livres, ça ne m’avait pas traversé l’esprit. Quand j’ai songé à retravailler ce que j’avais lâché pour rendre le tout lisible et cohérent (ce qui a pris environ cinq fois plus de temps que l’écriture de décharge), j’ai tout d’abord pensé « Non, ne sois pas bête, ta vie n’intéressera personne ». Et finalement, tout le travail d’estime de moi que j’avais fait a été mis en application. Tous les jours, des non-concernés s’expriment sur l’obésité. J’étais quand même plus légitime qu’eux pour le faire, non ? Et il n’y avait pas d’autres ouvrages à disposition. Alors, malgré l’énorme travail et l’angoisse de me mettre à nu, je me suis lancée. Et j’espère qu’il sera lu par le plus de monde possible, car grâce aux premiers retours, je suis désormais convaincue qu’il peut être véritablement utile, même en dehors du public évident des patients dans le circuit ou en réflexion.

Bien sûr, il faut être prêt. J’ai décidé de publier seule afin d’être totalement libre dans mon discours. Et je veux être la plus transparente possible. Non la chirurgie n’est pas pour tout le monde, non tous les obèses ne doivent pas maigrir (si leur santé n’est pas impactée, pourquoi faire ?), non le bypass (ou la sleeve) n’est pas une solution de facilité, non il ne s’agit pas d’une baguette magique, non l’opération n’est pas anodine, oui il s’agit d’une maladie et non, du sport et un régime ne suffisent généralement pas. Il faut être prêt à remettre en question sa vision de l’obésité et de cette opération. Mais pour le meilleur (enfin j’espère !), car en comprenant mieux ce parcours et en recevant des informations non biaisées, j’espère que les lecteurs seront plus tolérants. Et je ne parle même pas des futurs opérés qui pourront mieux appréhender cette chirurgie, même si chaque cas est unique. 

« Le » conseil que tu donnes aux futur. e. s opéré. e. s comme moi (en plus de lire ton livre).

Devenir son ou sa meilleure amie. Plus facile à dire qu’à faire, mais en agissant ainsi, notre propre regard se teinte de bienveillance, on s’encourage au lieu de se culpabiliser et ça change tout !

As-tu une question, un conseil sur mon propre parcours ?

J’ai parcouru ton blog, ta phase préop est emplie d’embûches, je suis très admirative. Où trouves-tu cette volonté ? Mon seul conseil serait de continuer comme tu l’as fait, en te faisant confiance et en t’entourant des spécialistes qui sont là pour t’aider. 

J’apprends la patience. Presque un an de parcours, avec des hauts et des bas. Maintenant, j’attends mon tour. J’ai confiance dans l’équipe et surtout, dans le « Dr Champollion », que j’ai reconnu rapidement en lisant ton livre …

Mon avis sur le livre Mon parcours de bypassée : De la décision aux 9 mois post-op .

De tous les ouvrages que j’ai pu lire depuis le début de mon parcours, il est de loin le plus complet. Il aborde l’avant, l’après, les complications, ce qu’elle a mis en place comme l’éducation thérapeutique du patient. Nisa n’a pas eu un post-op simple et linéaire, son témoignage est d’autant précieux pour moi, future opérée, inquiète. Il me permet de me préparer au mieux.

En résumé, cette opération, c’est avoir une béquille chirurgicale certes, mais c’est surtout trouver la force en soi, la motivation. Apprendre

Nisa. Mon parcours de bypassée: De la décision aux 9 mois post-op

Mon chapitre préféré est celui de l’éducation thérapeutique du patient (ETP),déjà, parce que j’ai eu plusieurs hospitalisation en diabétologie dans l’esprit, et que je vais m’organiser pour y participer. Et surtout, parce que j’ai noté des informations, j’ai mis en place quelques conseils donnés par l’équipe, et j’ai surtout fabriqué mon petit kit d’auto massage. (page 179-180 pour en savoir plus ). Je pratique déjà la cohérence cardiaque avec ma montre connectée, quelques fois par jour. Je ne connaissais pas les bienfaits. C’est le cardiologue qui me l’avait conseillé.

Le chapitre sur l’image, est très important. Je n’ai pas d’attente sur ma perte de poids. Je ne sais pas non plus combien je vais perdre. Je n’ose pas encore imaginer l’après, ni les effets sur ma peau. Je ne suis pas inquiète par contre pour l’avoir vécu après la perte de mon fils, j’angoisse pour la perte de cheveux. Mais, je me prépare déjà depuis quelques semaines avec des compléments .

Vous l’aurez compris, je conseille évidemment sa lecture. C’est un témoignage complet et sincère qui apporte les informations nécessaires, que l’on songe au parcours, qu’il soit commencé, ou même post-op .

Vous pouvez retrouver le livre de Nisa directement ici : Mon parcours de Bipassée

Ou sur Amazon.

Dans son livre, Nisa aborde le livre du Charme discret de l’intestin et son auteur. Il est sur ma PAL. Depuis mon hystérectomie, j’ai des soucis de ce côté là. Il y a un risque que ce soit amplifié avec le By-pass, nous l’avons anticipé avec le diététicienne et le nutritionniste.

Nisa est présente sur les réseaux sociaux aussi, c’est sur Instagram, que j’ai découvert son compte, un peu avant la sortie de son livre. Elle y chronique des livres aussi (et surtout).

1 commentaire
  1. Nisa lectures dit

    Merci Céline pour cette belle opportunité de m’exprimer sur mon parcours, sur mon témoignage.
    A chaque fois que je découvre un avis, je me dis que j’ai tout gagné si j’ai aidé.

    J’en parle peu, mais ce livre me permet aussi de rencontrer des personnes formidables, comme toi.
    Depuis que je te suis sur Instagram, je suis très touchée par qui tu es, ce que tu dégages.
    Tu es vraiment une magnifique personne <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :