Mon parcours n’est pas un long fleuve tranquille , RdV anesthésiste …

712

Si vous me suivez sur les réseaux, et que vous lisez mes articles depuis le début, vous savez que j’ai déjà eu un report en août dernier à cause de ma glycémie, puis celui du mois de février avec mon invité surprise: le covid. Hier, avait lieu mon rendez-vous avec l’anesthésiste. Le der des der avant l’opération. Et ce rendez-vous ne s’est pas du tout passé comme je l’espérais.

Un coup de poignard rapide !

Il m’a lancé un premier uppercut : Mon diabète (encore et toujours) n’est pas à son goût. Il est à la limite « grand max pour être opérée » demandé par le nutritionniste, soit 8% et je suis à 8%. Une norme que j’ai mis quasi un an à atteindre et qui me rend plutôt fière, moi qui était à 14 en 2020, 11 au début du parcours.Du coup, il devait « voir » après ses consultations, avec le chirurgien, qui décidera si oui ou non, je peux être opérée dans 9 jours.

Il m’a rappelé les risques d’arrêts cardiaque , et de problèmes durant l’opération.Genre dans mon dossier, c’est inscrit que j’ai eu 7 opérations des chevilles, 2 coelio , 3 césariennes et ma boucherie ! Je lui ai répondu que pas plus qu’il y a 4 ans avec un diabète équilibré et une réanimation, ou en 2009 sans diabète avec une septicémie post-op. Il m’a demandé de lui résumer ma « MFIU », et ce fut le coup de grâce . Comment résumer tout ce qui a mal tourné après la mort foetal in utero de mon fils? En plus, tout est écrit dans le dossier dont j’ai reçu la copie de la clinique . En vrai, c’est un petit nouveau que je n’avais jamais vu, surement ultra compétent (je n’en doute pas), un peu jeune, et manquant beaucoup de tact. Et je n’étais pas à l’aise …

Mon état émotionnel à l’instant T.

Je vais être honnête, il m’a totalement achevé. J’avais les larmes qui pointaient . La rage qui montait contre le Kharma (et lui). Et sa seule phrase emphatique a été « taisez-vous et respirez ». Dans ma tête, j’avais une réplique de Kaamelott :

 « Il commence à doucement me faire chier celui là aussi !»

– Roi Arthur

Alors, j’ai cessé de parler, de tenter de lui expliquer que bronchite, grippe et covid en 3 mois, ça faisait monter les glycémies. Parce que de toute façon, il n’écoutait pas.

J’ai déjà eu beaucoup de mal, pour arriver à (re)normaliser mes glycémies depuis le mois de février et le covid, alors que ma diabétologue ne pouvait pas me recevoir. Je me suis sentie vraiment seule face à ce diabète qui montait ou descendait sans que je puisse le maîtriser. Et j’ai beaucoup de mal à me projeter avec lui au bloc. Et ça, ça m’angoisse. J’ai peur que mon syndrome post traumatique et les angoisses qui viennent avec, prenne le pas sur ma motivation …

Plus qu’à attendre.

Il ne me reste plus qu’à patienter et attendre l’appel de la clinique. Celui qui dira si oui ou non, je serai au bloc le 17. Je continue donc, à préparer mon régime pré-op, mon séjour, et le futur post op . De toute façon, c’est le chirurgien qui décide !

Décidément, ce parcours n’est vraiment un long fleuve tranquille, il m’apprend la patience et surtout la résilience …

Vous pouvez retrouver mes articles sur la chirurgie bariatrique par ici

♥♥♥

♥ Qui m’aime, me suive sur Instagram ou sur ma Page Facebook

1 commentaire
  1. lesbroutillesdenanou dit

    Et bien quelle épreuve encore, je vais croiser fort pour toi que tes attentes soient exhaussées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :