Une vie plus green, qui fait du bien !

263

Cela fait un petit moment que je remets cet article à plus tard. Enfin que je procrastine beaucoup en vrai. D’ailleurs je ne publie plus grand chose ici et ailleurs . Le fameux syndrome de la page blanche . Je réfléchis tellement à ces derniers mois, déménagement, confinement, et cet après…

Mais cet article, qui parle de notre transition vers une vie plus verte, plus « Green » comme on dit, ça fait un moment qu’il me trotte dans la tête. Et je pourrais écrire un livre sur le sujet, tellement mes idées foisonnent.

Nous avons véritablement amorcé un réel changement.

Changement de cap !

En 2008, en quittant Marseille, nous avons changé de cap. Passer d’une mégapole comme Marseille où tout est à proximité, à une maison isolée de tout dans le Lot, a été notre premier pas.

Il a fallu apprendre à déconsommer ou mieux consommer. Notre budget était quasi inexistant, nous mangions « notre pain noir » comme le disait la grand mère de mon mari. Heureusement, la vie à la campagne est moins chère. Nous avions un potager, notre tout premier où j’ai fait beaucoup d’erreurs et appris tellement . Il a fallu s’adapter et manger ce que la nature nous proposait comme les pissenlits où même la racine torréfiée peut devenir chicorée, si on manque de café …

Au fil du temps, j’ai continué à faire ma lessive avec des tests plus ou moins bien (cendres, lierre, savon) . Et j’ai amélioré ma pratique au potager. J’ai eu mes premières poules (de réforme), pour consommer leurs œufs, et je n’ai jamais regretté notre choix.

Depuis, nos maisons ont toutes été des maisons dans des trous perdu ou éloignées de grandes villes d’une trentaine de km. On tenait à notre « vie à la campagne » et vivre à la ville n’était plus pour nous.

Changer de vie, ne veut pas dire tout changer !

En changeant de vie, nous avons gardé quelques mauvaises habitudes. Certaines ont disparu ou diminué, comme les Mac Do des enfants. D’autres habitudes sont arrivées avec l’éloignement des grandes villes, comme les commandes en lignes de livres chez Amazon pour accéder à la culture surtout. Mais je me soigne, puisque je n’ai pas commandé depuis le mois de mars . Le confinement a eu des effets positifs.

Nous n’avons pas tout changé au contraire. Nous sommes hyper connectés par exemple. On a besoin d’internet pour le boulot de Cher et tendre par exemple et aussi pour l’instruction en famille (grosse excuse pour Netflix) On tient à notre confort quand même!

Mais passer au green ça veut dire quoi?

Passer au « green », tendre vers une autosuffisance, ou vers la décroissance, ça ne veut pas dire devenir « bobo chic » ou « pauvre comme Job », ni s’éloigner de la réalité de la vie, ou d’autres courir vers les solutions « facile » en achetant tout et n’importe quoi pourvu que bio, zero déchet et local soit inscrit, même si cela vient de Tombouctou les Oies.

Si je devais résumer en un seul verbe ce serait : réfléchir .

  • réfléchir à pourquoi
  • réfléchir à comment
  • réfléchir à ce que j’ai envie pour moi, pour ma famille, pour les autres
  • réfléchir à ce dont j’ai vraiment besoin (tendre vers la simplicité)
  • réfléchir à ce que je veux transmettre (surtout à mes enfants)
  • réfléchir pour maintenant et pour demain

En gros, c’est explorer ce que nos grands parents faisaient, tout en restant les pieds ancrés dans le présent ou le futur. Et c’est le plus difficile quand on est finalement issus de 2/ 3 générations de purs citadins habitués à notre confort, et nos achats immédiats.

C’est upcycler ou acheter seconde main, pour ne pas sur-consommer. C’est observer la nature et essayer d’agir en harmonie avec elle.

Mais c’est aussi vivre avec son temps. Ne pas culpabiliser d’avoir un robot pâtissier s’il nous sert à faire nos gâteaux que l’on ne va pas acheter, d’avoir une yaourtière qui éliminera des pots en plastique, d’avoir une voiture, s’il elle nous permet de faire quelques kilomètres pour faire nos courses plus durables, ou troquer quelques pieds de tomates à planter…

Et après et/ou maintenant !

J’ai des projets où bio, fait maison, customisation, fait main, permaculture, zéro déchet, consommer mieux , viennent se mélanger à l’instruction en famille, une meilleure vie, de meilleurs choix, pour nous et surtout pour eux. Le chemin est long, mais nous ne sommes pas pressés…

Changer, ce n’est pas une question de lieu. Je l’ai compris il y a peu. Mais bel et bien un esprit. Je me souviens de mes premières lessives maison dans notre studio d’étudiants par manque de budget et après par habitude écologique.

Je faisais pousser mes tomates cerises , courgettes et poivrons sur le balcon en plein centre de Marseille. Parce que je rêvais de nature, de faire pousser pour consommer ce que moi, je produisais.

Ce rêve est réel et je suis pleine de gratitude …

Se mettre au vert, c’est naturel et ça fait du bien, on en a tous besoin Avec des plantes à foison ou un petit bout d’urban jungle . Dans son assiette avec du basilic et du persil issus d’une jardinière que l’on a installé avec amour .

Passer au vert, ça nous fait du bien !

J’ai appris , que je peux faire mieux avec moins, bien avec trois fois rien, et être heureuse de ces petits riens du quotidien.

♥♥♥

Tu es passé.e au vert? Tu as amorcé.e un changement de vie? N’hésite pas à partager ton avis en commentaire

♥ Tu peux aussi me suivre sur Instagram et sur ma Page Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour l'amélioration de votre expérience. En continuant votre navigation, vous acceptez leurs utilisations. Ok Consulter

Vie privée et Cookies!
%d blogueurs aiment cette page :